LA RÉPONSE « PERSONNEL » – MAI : Grèves SNCF : Comment s’organiser ?

Grève SNCF
Grèves SNCF : Comment s'organiser ?

 

La "grève flottante" de 2 jours tous les 5 jours fait rage. Elle a commencé début avril pour une durée initiale prévue de 3 mois. Il est donc important de rappeler quelques point légaux sur les conséquences de ce mouvement pour les salariés.

L'actuelle grève des transport est un cas de force majeure : un employeur ne peut pas sanctionner ses collaborateurs ne pouvant pas venir au travail. Il n'est néanmoins pas obligé de rémunérer les personnes ne pouvant pas faire leur travail.

Il revient aux salariés d'immédiatement prévenir leur employeur pour tout retard ou absence complète, et d'accompagner ce message d'un justificatif prouvant que l'absence est bel et bien liée à la grève (la SNCF délivre des justificatifs).

Rappels légaux effectués, nous allons étudier les solutions possibles pour faire face à la grève.

 

Le télétravail :

Les français y pensent, mais peu le font. En effet, le télétravail peut-être un recours en cas d'impossibilité de se rendre sur le lieu de travail.

La ministre du travail en fait la promotion :

" Dans les ordonnances […], on a une disposition qu'encore peu de gens ont vue, c'est qu'on a créé un droit opposable au télétravail." 
"Il y a beaucoup d'entreprises qui sont en train de négocier des accords sur le télétravail ".

Le télétravail devait être prévu par le contrat de travail. Aujourd'hui, avec les ordonnances Macron, le télétravail est mis en place par un accord collectif, une charte ou par une formalisation "Par tout moyen" entre employeur et salarié lorsqu'il est occasionnel.
Le Conseil Constitutionnel pourrait même valider la suppression de la notion "occasionnelle" de la procédure simplifiée.

 

Les "Cars Macron" 

Mesure phare de l'ancien ministre de l'économie, la libéralisation du transport en autocar a permis le développement en France de Flixbus, Ouibus, Isilines, etc.

Avec la grève, le business est en ébullition : dès le début des grèves, les réservations ont grimpé de 70%. "Nous faisons face à un niveau de trafic équivalent aux grandes vacances, juillet ou août" affirme le directeur général de Ouibus.

Pour les grandes destinations, prendre l'autocar est une bonne solution. Mais comment faire pour les trajets non desservis ?

 

Le covoiturage gratuit ?

Le covoiturage aussi en tire son épingle du jeu ; les plateformes de covoiturage fonctionnent à plein régime.

La start-up Klaxit, spécialisée dans le covoiturage domicile-travail a annoncé la gratuité des covoiturages sur son réseau. Dans la limite de deux trajets par jour, de 20 kilomètres chacun, les passagers peuvent voyager gratuitement. Les conducteurs sont indemnisés 4 euros par jour et par passager (8 euros dans les régions partenaires).

BlaBlaCar profite également de cette grève : "On note une hausse de 20 % des offres, et vu l'ampleur de la grève depuis la publication du calendrier, cela risque de grimper encore et encore".

 

Une chose est sure : Le malheur des uns fait véritablement le bonheur des autres.


Pour plus d'informations –> Contactez-nous :

Par courriel à l’adresse :   accueilrhcies@gmail.com

Le prélèvement à la source

Vous êtes intéressé par Accueil RH & CIE ? : Cliquez-ici